Comment entretenir ses vignes contre le gel et la maladie ?

En viticulture comme ailleurs, le risque zéro n’existe pas. Parmi les principaux dangers qui peuvent nuire au travail des viticulteurs, il y a bien sûr le gel et les maladies du bois, de la végétation et du raisin. Certaines techniques et bonnes pratiques peuvent cependant aider à réduire les risques et limiter les pertes.

CONSEIL #1 : retarder la taille de la vigne pour lutter contre le gel

C’est au printemps, lorsque la végétation redémarre, que la vigne devient la plus vulnérable face au risque de gel. Le meilleur moyen de la protéger consiste à retarder l’apparition des bourgeons en réalisant une taille le plus tard possible, idéalement en utilisant la technique de la taille rase de précision (TRP).

En plus d’être très rapide, elle permet à la vigne de supporter davantage le gel printanier en raison du grand nombre d’yeux laissés à la taille. Et grâce à un feuillage plus dense, les raisins sont moins sensibles aux brûlures du soleil. Tout savoir sur la Taille Rase de Précision PELLENC

 

CONSEIL #2 : agir vite le mildiou et l’oïdium

Pour stopper la propagation de ces maladies bien connues des viticulteurs, il faut démarrer les traitements le plus tôt possible, dès l’apparition des symptômes. Idéalement en tout début de végétation et à 3 feuilles étalées. Il y a quelques années, on faisait des traitements préventifs tous les 14 jours dès 3 feuilles étalées. Aujourd’hui, les produits de traitement disponibles sur le marché fonctionnent très bien. Mieux vaut donc bien observer sa vigne et traiter seulement en cas de besoin.

CONSEIL #3 : appliquer un traitement préventif contre le mildiou

Caractérisé par l’apparition de plages décolorées, jaunes et d’aspect huileux sur les feuilles, le mildiou de la vigne peut avoir des conséquences désastreuses pour les récoltes.

 

Les années aux printemps pluvieux et humides, encore davantage dans les régions avec pas ou peu de vent. Il est préférable d’appliquer un traitement préventif.

CONSEIL #4 : utiliser la confusion sexuelle contre l’eudémis et la cochylis

Cette technique de lutte contre les parasites vise à perturber la phase de rapprochement des papillons mâles et femelles par l’émission de phéromones synthétiques. De cette manière, on réduit les populations et le recours aux insecticides classiques.

Concrètement, il s’agit simplement pour le viticulteur de disposer de petites capsules remplies de phéromones de synthèse femelles à différents endroits de la parcelle.

CONSEIL #5 : arracher les ceps infectés par la flavescence dorée

Causée par la cicadelle, un insecte qui pique les feuilles de vigne, la flavescence dorée se caractérise par des feuilles qui deviennent rouges et qui se recroquevillent en forme de tuile. 

Cette maladie de quarantaine très agressive est soumise à déclaration obligatoire. Dès la découverte d’un cep infecté, il convient de l’arracher pour réduire au maximum la propagation de la maladie au reste de la vigne.

Des traitements maîtrisés avec PELLENC

PELLENC a développé toute une gamme de pulvérisateurs haute précision pour le traitement des vignes qui s’attèlent directement sur ses porteurs multifonctions. Puissants, ils permettent de traiter de trois à six rangs de front, tout en restant extrêmement maniables. Leur technologie limite la dérive des traitements et améliore le respect de l’environnement.

Pour découvrir la gamme des pulvérisateurs PELLENC, cliquez ici.

PULVERISATEUR EOLE 2000 ET 3000 PELLENC